Benno Besson, © Jean Mayerat, 30.10.2002, Théâtre de Vidy

benno besson

art & mémoire

OUVERTURE SUR L’EUROPE, SUR LE MONDE, SUR L’AUTRE

Yverdon, 4 novembre 1922 – Berlin, 23 février 2006
Homme de théâtre et metteur en scène vaudois de renommée internationale.
Appelé par Brecht en 1947 à Berlin-Est, il y a travaillé jusqu’à la fin des années 70.
Il a réalisé de nombreuses créations, en plusieurs langues et dans plus d’une dizaine de pays.

J’ai fait la connaissance de Benno Besson lorsqu’il a pris la direction de la Comédie de Genève où je me suis formée en suivant ses répétitions et en étant son assistante. Ma passion de la mise en scène venait de naître. De cette époque genevoise me restent des documents et une tonne de notes prises lors des répétitions. Quelques entretiens avec des comédiens et d’autres artistes qui travaillaient avec lui, que j’avais commencé à enregistrer, constituent un matériau inédit.

Le dialogue avec Besson tenait d’un art dialectique. Il jubilait lorsqu’il y avait de la résonance. « C’est exactement le point » était son expression quand on avait capté le chemin de sa pensée. La seconde d’après, on repartait dans la contre argumentation pour voir si cela résistait à la formulation. C’était avec lui un jeu dont je garderai à jamais la nostalgie. Ces moments rares, mais d’une intensité exceptionnelle, nous réunissaient autour de ce qui était le thème essentiel : le théâtre.

Un livre consacré à l’art et à l’esthétique d’un immense artiste du XXe siècle, mémoire incandescente, entreprise ambitieuse de mettre en mot ce qui est de l’ordre de l’éphémère du théâtre : tel est le cœur de mon projet. Or, autour du livre, il y a le travail de recherche, la rencontre avec sa famille, avec ceux et celles qui ont travaillé avec lui, et pourquoi pas quelques spectateurs acquis à son théâtre et d’autres plus critiques. À travers ce site de l’association Benno Besson, art & mémoire fondée en juillet 2007, il s’agit donc aussi de donner accès à des échanges vivants et des points de vue multiples, y compris sur son art, qu’il aimait comme expression concrète de la réalité.

Nous rêvons d’organiser des événements autour de son œuvre et de sa présence rayonnante, ainsi que de permettre à des personnes intéressées de suivre l’élaboration de cet ouvrage. Je remercie infiniment Marie Besson Franco, sa fille, de m’avoir écoutée et encouragée dans ce projet bien avant qu’il ne prenne sa forme actuelle. Sa présence restera précieuse tout au long de cette magnifique aventure.

J’ai vu Benno Besson pour la dernière fois en 2005, lors du stage qu’il donnait aux jeunes comédiens de la Haute École de Théâtre de la Suisse romande. Au moment où je prenais congé de lui, la dernière répétition venue, il m’a demandé en parlant du projet que j’avais sur son travail : « Alors, Sima, quel est le plan d’attaque ? ». Voici, cher Benno, la première étape de ce plan pour exprimer et partager ce que j’ai vu, goûté et compris de votre très grand art.

Sima Dakkus
Metteuse en scène